Cette semaine, j’ai été interviewée par Laura Fort de courrier International. L’occasion de proposer tout un tas de petites anecdotes qui vous donneront des pistes pour préparer votre maternité à l’étranger. Vous trouverez ci-dessous l’introduction de l’article, pour la suite, c’est uniquement accessible aux membres… à vous de voir si ça vous tente 😉


Grossesse à l’étranger : tout ce qu’il faut savoir

Différences culturelles, tracasseries administratives ou grandes inquiétudes : les questions des expatriées sont multiples lorsqu’elles vivent une grossesse à l’étranger. Le premier souci concerne avant tout la barrière de la langue et la peur de ne pas se faire comprendre auprès du personnel médical. Viennent ensuite les questions d’assurance-maladie.

Voici les témoignages de trois femmes :

  • Stéphanie Wampach : une sage-femme belge. Elle a vécu plusieurs années aux États-Unis et vient tout juste de revenir en Belgique. Elle a trois enfants (deux nés en Belgique, un né aux États-Unis).
  • Mélanie : une Française, en couple avec un Suisse. Elle est enceinte de son premier enfant et vit en Suisse.
  • Marie : une Française, mariée avec un Français. Elle a deux filles (une née en France et une née en Allemagne) et vit en Allemagne.

Les frais et la prise en charge

Stéphanie Wampach, sage-femme libérale en Belgique et mère de trois enfants (deux filles nées en Belgique et un garçon né aux États-Unis), se souvient : « Ce qui m’a le plus marquée aux États-Unis, c’est le système d’assurance santé. Je voulais accoucher à domicile, mais le coût était de 5 000 dollars [4 800 euros]. Et selon le type de couverture dont on dispose, il est ou non possible de choisir son médecin.
Stéphanie Wampach a justement ouvert un site, Éclore et moi, pour conseiller les femmes enceintes francophones résidant à l’étranger.
Même expérience chez Mélanie, enceinte de son premier enfant et expatriée en Suisse : “Ce qui m’a le plus marquée en Suisse, c’est le prix d’une consultation pour une simple échographie chez le gynécologue : environ 900 francs [830 euros]. Sachant qu’avant la 13e semaine de grossesse, rien n’est pris en charge par l’assurance-maladie”. Et mieux vaut ne pas avoir besoin de changer d’assurance santé avec un ventre rond : “Dans ce cas, le nouvel assureur ne prendra rien en charge avant l’accouchement : il faudra alors payer soi-même les frais de santé jusqu’à la naissance, la nouvelle assurance ne prenant effet qu’après la naissance de l’enfant”, ajoute Mélanie.

Des attitudes qui varient d’un pays à l’autre

À l’étranger, les réactions de la population locale vis-à-vis de la femme enceinte sont également diverses. Marie, qui a eu une petite fille en France et qui vient d’en avoir une autre en Allemagne, remarque ainsi que nos voisins germains ne laissent pas forcément la priorité aux femmes enceintes à la caisse du supermarché ou dans les transports, même s’ils viennent davantage qu’en France engager la conversation dans les lieux publics.

Aux États-Unis, Stéphanie Wampach s’enthousiasme sur le fait que la femme enceinte y soit très célébrée, d’abord avec la traditionnelle baby shower. Mais pas seulement : « Il existe une réelle entraide entre les femmes du quartier. La nouvelle accouchée peut par exemple trouver son repas du soir tous les jours devant sa porte !”

Les comportements sont aussi plus respectueux : pas de toucher de ventre intempestif de l’autre côté de l’Atlantique […]

signature-SW3

Derrière « Eclore et moi » il y a une sage-femme. Je m’appelle Stéphanie, je suis belge et maman de 3 enfants. J’accompagne à distance (en ligne, partout dans le monde) et localement (Bruxelles - Rhode-Saint-Genèse) des femmes qui veulent vivre une maternité qui leur ressemble avant, pendant et au-delà de la grossesse. Je travaille avec des femmes qui aiment comprendre ce qui se passe dans leur corps (« comment ça marche ? »), dans leurs émotions (« qui suis-je ? ») et qui aspirent à vivre des choses pleines de sens. Mon objectif est avant tout de donner confiance aux (futures) mamans pour qu’elles puissent augmenter leur niveau de bien-être en tant que femme. Selon moi, la maternité est un formidable levier de transformation positive pour la femme. C’est l’occasion de vivre une aventure d’amour au service de qui vous êtes et de qui vous voulez être. Si vous voulez en savoir plus, contactez-moi, sans hésiter ;-) → Cliquez ici pour en savoir plus

seance-rencontre8

«Vint un temps où le risque de rester à l’étroit dans un bourgeon était plus douloureux que le risque d’éclore»

- Anaïs Nin

Pin It on Pinterest

Share This
Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.