Quelles sont les interventions bébé à la naissance ?

Quelles sont les interventions bébé à la naissance ?

Ce que les parents devraient savoir avant d’accueillir leur nouveau-né


Connaissez-vous les interventions bébé que l’équipe médicale réalisera une fois que votre petit sera sorti de votre ventre ? 

Pour répondre à cette question, j’ai eu envie de vous partager une vidéo et un article.

Dans la vidéo, je vous mets en perspective 3 éléments qui me paraissent intéressants à connaître avant de réfléchir à la liste d’interventions bébé. Ces 3 éléments concernent :

  • L’endroit où vous allez accoucher (quel pays et quel lieu d’accouchement),
  • Le processus naturel d’adaptation du bébé à sa vie extra-utérine,
  • Et votre grille de lecture décisionnel pour choisir les interventions qui seront faites à votre bébé.

Dans l’article, je vous liste toutes les interventions qui peuvent être pratiquées juste après la venue au monde de votre bébé.



– Pour avoir accès a la vidéo sur la physiologie de la femme en travail, cliquez ici

– Pour avoir accès a l’article sur l’acronyme BRAIN, cliquez ici

Interventions bébé au moment de la naissance

  • Accueil du bébé

C’est bien la première intervention à faire lorsque le bébé arrive et bien souvent celle oubliée dans le processus de décision. En tant que parent, voilà votre première occasion de décider pour ce petit être et de vous demander de quelle manière vous souhaitez accueillir votre enfant. Pour faciliter la réponse, nous pourrions aussi poser cette question à l’envers et se demander ce que nous aimerions comme accueil sur terre si nous étions le bébé à naître… Cela ramène à l’essentiel. Dans le suivi médical de la grossesse, on ne demande que trop rarement ce genre de question et on s’éloigne de la magie du moment.

Pour venir alimenter votre réflexion, rappelez-vous que les seuls besoins du bébé à son arrivée sont la chaleur, idéalement de sa mère grâce à un « peau à peau » immédiat, et le lait maternel (qui n’est encore que du colostrum à ce stade mais qui contient tout ce dont bébé a besoin).

En outre, au moment de la naissance, le bébé connaît ce qu’on appelle les « golden hours » : ses réflexes sont à leur maximum, maman et bébé sont remplis d’hormones d’amour et de maternage et c’est un excellent moment pour se rencontrer, échanger des regards et poser les fondations de ce lien d’amour maman-bébé.  Si bébé s’adapte bien (c’est-à-dire s’il a une bonne respiration, un bon tonus et une bonne couleur rose), il n’y a rien d’autre qui presse si ce n’est le respect de cet instant d’échange.

  • Aspiration buccale et nasale du bébé

L’aspiration de la bouche et du nez du bébé n’est pas nécessaire de manière routinière si le bébé se met à respirer spontanément après sa naissance. Les études sur le sujet montrent en effet davantage de complications (telles que diminution du rythme cardiaque, spasmes du larynx, irritation de la muqueuse de l’œsophage et perturbations de l’allaitement) que de bénéfices pour le bébé. A l’hôpital, elle est plutôt réalisée avec un petit cathéter qui est relié à un système d’aspiration. A domicile ou en maison de naissance, les sages-femmes utilisent une petite poire ou tout autre système doux d’aspiration.

Le bébé présente des mécanismes réflexes tout à fait au point pour l’aider à dégager le liquide qui l’empêcherait de bien respirer et qui n’aurait pas été expulsé au moment du passage dans le pelvis maternel. Il éternue ou il tousse et dans la plupart des situations, c’est bien suffisant. En revanche, si une aide supplémentaire s’avérait nécessaire, inviter bébé dans une position ou sa tête-bouche se trouverait vers le bas est aidant (bébé couché ventre contre ventre sur sa mère). Dans certains cas, une petite aspiration sera requise en plus de tout ceci pour enlever le surplus de liquide ou de mucus qui se trouverait au niveau du nez, de la bouche et du fond de la gorge de bébé.

  • Clamper le cordon

Les études montrent de plus en plus qu’il est préférable d’attendre avant de couper le cordon ombilical a la naissance. En effet, laisser 2 minutes (ou attendre que les pulsations s’arrêtent) entre la naissance et le moment de clamper le cordon assure un apport de volume sanguin supplémentaire au bébé. Cet apport lui permettrait d’éviter toute hypovolémie (pas assez de volume sanguin, tension artérielle basse) et anémie (manque de globules rouges, donc manque de fer) dans les premiers mois. D’autre études montrent que le clampage tardif (vs précoce) permet de diminuer le risque d’infection sanguine ou de saignements cérébraux chez les bébés nés prématurément. En revanche, d’autre études parlent d’une augmentation du risque d’avoir trop de globules rouges chez le bébé (polyglobulie) et plus d’ictères (jaunisses du nouveau-né) en cas de clampage tardif.

Ce qui est à mon sens à retenir ici c’est que cette connexion au cordon est ce qui a assuré tous les apports (nutritionnels et d’oxygène) au bébé durant les 9 mois de vie intra-utérine et qu’il n’y a rien qui justifie l’urgence de rompre ce lien. Attendre un peu avant de couper le cordon après la naissance permettrait alors de rendre la transition plus fluide pour le bébé entre le « je respire grâce à maman » et « je respire tout seul grâce à mes poumons ».

  • Vitamine K

On administre de la vitamine K au bébé car c’est elle qui participe à la coagulation sanguine et que le bébé, encore immature n’en produit pas encore assez. Cette vitamine K est en effet produite dans l’intestin grâce à la flore intestinale.

Ce qui est d’application un peu partout dans le monde est d’administrer cette vitamine K au bébé après la naissance. Ce qui varie par contre d’un endroit à l’autre c’est le mode d’administration de cette vitamine. En Europe par exemple (Belgique), on trouvera des administrations par voie orale (quelques gouttes dans la bouche à répéter 3 fois ou tout le long de l’allaitement, ça dépend des recommandations et du dosage utilisé) et par voie intramusculaire (une piqûre généralement dans la cuisse, une seule dose est alors nécessaire).

Pour les bébés qui ne reçoivent pas cette vitamine, le risque est d’avoir des ecchymoses, des saignements incontrôlables à tout endroit du corps et dans les cas plus alarmant au niveau du cerveau. Sans vitamine k, l’occurrence de ce type de complication est de 4 à 7 sur 100 000. Depuis l’administration systématique aux bébés de cette vitamine, cette occurrence est descendue à 0,25 pour 100 000. Elle n’a pas été complètement éliminée. Le problème de l’administration de la vitamine K est que certaines études ont montré une augmentation du risque de jaunisse.

Les parents ont le droit de choisir si on l’administre et le mode d’administration. Dans le cas de l’injection intramusculaire, il est toujours possible d’aménager les choses et de faire ça de la manière la moins « traumatique » possible pour le bébé (dans les bras de maman, au sein, pas directement après sa naissance, attendre que ce moment de lien ait été établi).

  • Onguent dans les yeux du bébé

Il existe 2 maladies sexuellement transmissible que la maman peut avoir présentes dans son tractus vaginal sans qu’elle soit pour autant symptomatique :  la gonorrhée et la chlamydia. Pour cette raison et pour tuer les bactéries responsables de ces 2 maladie, l’application d’un onguent d’Érythromycine (antibiotique) dans les yeux du bébé à la naissance s’est répandue de manière routinière pour les interventions bébé (même pour ceux nés par césarienne ! cherchez l’erreur).

Le risque pour le bébé s’il est touché par ces bactérie est de contracter une conjonctivite (des complications plus sévères sont vraiment rarissimes). C’est encore une fois aux parents de décider si oui ou non l’application de cet onguent est nécessaire et dans le cas où l’application est faite, il est à nouveau possible de décaler cette intervention et d’attendre que le lien maman-bébé ait été construit. Cet onguent brouille en effet la vue du bébé et attendre qu’il s’endorme après ses 2 heures de « golden hours » pour lui appliquer semble être intelligent. Aussi, il est intéressant de mettre dans la balance les effets d’avoir recours à cet antibiotique oculaire de manière préventive avec une simple surveillance du bébé combinée à l’application d’un traitement adéquat en cas de conjonctivite déclarée.   

  • Vaccin de l’Hépatite B

Non obligatoire. En Europe on ne le fait pas à la naissance et aux US c’est plus répandu dès la naissance. C’est un choix à faire par des parents informés.

  • Examens physique et neurologique du bébé

Ces examens sont important. C’est à ce moment-là que votre bébé va être regardé sous toutes ses coutures (visage, crâne, peux, abdomen, dos, anus, organes sexuels, membres, … tout !) et que l’on va tester ses réflexes neurologiques. C’est aussi à ce moment-là que l’on pourra le peser et le mesurer. Ces examens cliniques sont importants mais pas du tout urgents à partir du moment ou bébé respire bien, qu’il est tout rose et qu’il est bien au chaud contre sa maman. Ils pourront tout à fait se faire quelques heures après la naissance à un moment qui convient à bébé et aux parents.

  • Le test d’APGAR

Ce n’est pas une intervention en soi. C’est une observation de bébé qui permet de qualifier son état général. En se basant sur 5 critères (coloration, tonus, réaction aux stimulation, respiration et rythme cardiaque) et en leur attribuant des points de 0, 1 ou 2, on fait l’estimation de l’état d’adaptation de bébé a 1 minute, 5 minutes et 10 minutes de vie. Le score va de 0 à 10. Il est admis qu’un bébé ayant un score entre 7 et 10 a une bonne adaptation à la vie aérienne, entre 4 et 6 a besoin d’une petite aide et entre 0 et 3 a besoin d’une prise en charge immédiate.

  • Le bain

Le bébé n’a pas besoin de prendre un bain dès son arrivée sur terre. Le vernix (matière blanche dont il peut être recouvert, surtout au niveau des plis) est un système de protection de sa peau et n’a pas besoin d’être retiré. Sa peau va l’absorber dans les premières heures de vie. Si le bébé a un peu de sang ou de selles suite à l’accouchement, un petit linge humide sera suffisant pour nettoyer les parties souillées. En revanche, l’immersion dans l’eau chaude (pas le bain pour nettoyer) du bébé après sa naissance peut être intéressante pour rassurer le bébé et le remettre dans des sensations qu’il connait bien et qui lui permettront de rendre la transition plus douce.

  • Test du glucose

Ce test consiste aussi en une prise de sang et il ne se fait généralement pas de manière systématique mais plutôt pour les bébés de plus gros poids qui auraient une maman avec un diabète gestationnel. Cette surveillance permet de repérer toute hypoglycémie (diminution du sucre sanguin) du bébé et d’ajuster l’intervention qui s’avérait nécessaire.

Interventions bébé à quelques jours de vie

Voilà, je pense avoir fait le tour de la liste des interventions de base qui peuvent être faites à votre bébé après sa naissance. Dans les jours qui suivent sa naissance, d’autres tests pourront vous être proposés tels que :

  • Le test de Gutherie : vers 3-4 jours de vie, ce test qui consiste en un prélèvement de sang du bébé à récolter sur un petit papier buvard. Ce test est effectué pour dépister des maladies héréditaires rares mais graves telles que phénylcétonurie, l’hypothyroïdie congénitale, l’hyperplasie congénitale des surrénales, la galactosémie, la mucoviscidose ou encore pour les populations à risque, la drépanocytose. Encore une fois, la manière dont ce test sera effectué peut-être aménagée pour assurer de la douceur au bébé (faire le prélèvement plutôt dans le talon que dans la main, chauffer le petit pied avant le prélèvement pour assurer un afflux de sang plus important, mettre bébé au sein pendant le prélèvement…)
  • Test de l’audition : il sera réalisé à l’hôpital ou à domicile. Il sert à dépister les bébés malentendants ou sourds et il est indolore. Il faut juste le faire à un moment ou bébé est calme pour avoir un résultat fiable.

En conclusion :

  • Demandez le protocole d’interventions bébé au lieu de naissance que vous avez choisi (hôpital ou sage-femme en maison de naissance ou à domicile).
  • Discutez-en avec le professionnel de la santé en charge de votre suivi et prenez le temps d’explorer toutes les lettres de l’acronyme BRAIN (bénéfices, risques, alternatives, intuition et ne rien faire) « get brained ! » ☺
  • Vous avez le droit de choisir et d’aménager les choses pour que ça corresponde à ce que vous avez envie de vivre et de faire vivre à votre bébé.

Si cet article vous a plu, partagez et commentez ! j’adore l’interaction 😉

Si vous avez des questions, n’hésitez pas, dans l’espace commentaire ci-dessous, il est là pour ça !

Allaitement maternel : Comment savoir si bébé a assez bu ?

Allaitement maternel : Comment savoir si bébé a assez bu ?

LA question que beaucoup de parents se posent


Dans cette vidéo je vous parle d’allaitement et vous donne quelques notions clefs à comprendre pour augmenter votre confiance en vous en tant que parents et quelques repères concrets pour vous rassurer en cas de doute :-).



Lorsqu’on se pose la question « est-ce que mon bébé a assez bu ? » on voudrait souvent avoir des points de repères en termes de mesures qui nous permettraient d’observer, objectivement, si votre bébé a assez bu. Ce serait plus simple d’avoir les mêmes repères de mesure que pour un bébé nourrit au biberon. Nous pourrions nous baser sur des quantités de lait préparées et effectivement bues. Sauf qu’en terme d’allaitement, ça ne se passe pas de cette manière…

Quid de la physiologie ?

En terme d’allaitement, il y a d’abord tout un processus physiologique (c’est-à-dire ce qui se passe de manière naturelle et spontanée dans le corps de la femme sans qu’on puisse le contrôler… on peut par contre l’inhiber) à comprendre pour appréhender la question « est-ce que bébé boit assez ? ».

En effet :

  • Les seins ne sont pas des réservoirs mais des glandes, entre autres, qui produisent le lait en dehors mais aussi et surtout durant la tétée.
  • On ne pourrait répondre à cette question en observant une unique tétée car les hormones responsables de la production du lait varient au cours de 24h et selon l’environnement dans lequel se trouve la femme pour allaiter son petit. De plus, la durée d’une tétée ne donne aucun renseignement sur la quantité de lait que le bébé a effectivement bu. Cette quantité dépend en effet du réflexe d’éjection des seins de la femme qui varie lui aussi d’une femme à une autre et même d’un sein à l’autre (je n’en parle pas dans cette vidéo mais c’est aussi une notion importante à avoir en tête).

Il est important de bien comprendre tout ça pour commencer par se faire confiance. Notre corps de femme qui sait comment donner la vie et sait aussi parfaitement comment nourrir la vie.

Ensuite, concrètement, vous pouvez observer certaines choses du côté de maman et de bébé pour vous rassurer dans les moments où vous avez des doutes… « mais a-t-il assez bu ??? »

Côté bébé :

  • Après le 3ème jour de vie, on entend bébé déglutir quand il boit.
  • Après une tétée, bébé est repu et apaisé.
  •  Après le 4ème jour de vie, bébé fait 6-7 fois pipi sur 24h (lange mouillé du poids d’un œuf) et 3-4 fois caca sur 24h (selles jaune or-moutarde, liquides, avec comme des petites granules… après 4-6 semaines d’allaitement exclusif, il est possible que le nombre de selles diminue et que tout soit normal tant que bébé n’a pas de distension abdominale).
  •  Son poids augmente de manière harmonieuse (je ne l’ai pas dit dans la vidéo 😉 mais c’est un repère infaillible à utiliser sur une période plus longue que 24h : en une semaine bébé peut prendre de 140 à 250g).

Côté maman :

  • Des sensations de chaleur, de picotement, de soif en début et au cours de la tétée.
  • Les seins sont bien souples une fois que bébé a fini la tétée.
  • Des petites contractions utérines se font ressentir au cours d’une tétée les premiers jours, le temps que l’utérus se remette en place dans le bassin.
  • Un état de bien-être, d’amour, de confiance, d’envie de cocooner, … peut être ressentit durant et après la tétée (les hormones responsables de la lactation font effet).

 

J’espère que cette vidéo vous aide et qu’elle participe à cultiver de la confiance en votre capacité à nourrir votre enfant sans avoir besoin de mesurette. Vous êtes in fine la meilleure personne pour répondre à cette question « est-ce que mon bébé a assez bu ? ». Ecoutez-vous, osez la confiance.

Je vous souhaite un doux moment d’allaitement avec vos bébés ♥ et si vous souhaitez allez plus loin, me parler de votre projet de future maman, n’hésitez pas à prendre un rdv ICI, la première rencontre est offerte, elle nous permettra de faire connaissance et de définir vos besoins.

Les fausses croyances de l’allaitement

Les fausses croyances de l’allaitement

J’ai eu un grand plaisir d’interviewer Caroline de Ville, médecin généraliste belge, consultante en lactation et fondatrice de « Au sein en douceur », les accompagnements pour les (futures) mamans qui souhaitent un allaitement doux et serein. Dans cette interview- échange, j’ai voulu aborder avec Caroline les fausses croyances qui circulent le plus souvent autour de l’allaitement, telles que :

  • L’allaitement fatigue plus que le biberon ;
  • L’allaitement rend le bébé plus dépendant, la mère a 100% responsable ;
  • L’allaitement ne permet pas de savoir si le bébé à bien manger ;
  • L’allaitement met le papa hors de cette relation fusionnelle maman-bébé ;
  • Tant que l’allaitement est en place, le bébé ne fera pas ses nuits ;

Caroline prend vraiment le temps de nous partager ses connaissances et de déconstruire ces fausses croyances pour vous fournir une information claire et de qualité qui vous permettra d’avoir une bonne base pour vous lancer dans l’aventure allaitement. C’est très riche, très intéressant et tellement passionnant 🙂 Merci Caroline



Vous pouvez retrouver Caroline sur sa page Facebook ici: https://www.facebook.com/auseinendouceur/?fref=ts

 

Que mettre sur les fesses de bébé?

Que mettre sur les fesses de bébé?

Voici le liniment oléo-calcaire, une alternative aux lingettes et autres produits chimiques pour prendre soin des fesses de vos bébés en douceur et en confiance. Cécile et Fanny, vous en parle dans cette petite interview et pour en savoir plus, n’hésitez pas a aller visiter leur site internet en cliquant ici ou leur page Facebook en cliquant ici. Vous pourrez suivre leurs conseils et astuces pour mamans averties!

Page 2 sur 212

Pin It on Pinterest

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.