Glycémie et grossesse

Glycémie et grossesse

8 astuces pour garder votre taux sucre dans les normes

Saviez-vous que durant la grossesse votre glycémie est physiologiquement plus élevée? Dans cette vidéo je vous explique pourquoi et je vous propose 8 astuces pour le garder dans les normes. Mon invitée est Nathaly Villegas d’aromacoach.

Elle vous donne les astuces alimentations, huiles essentielles et hydrolats pour gérer ce taux de sucre intelligemment. Vous pouvez suivre et liker sa page Facebook ici et visiter son site Internet ici.



→ Voici d’autres astuces que j’ai récoltées ci et là… faites votre tri et tester ce qui marche pour vous !

Ce que j’ai déjà dit dans la vidéo mais que je complète ici :

  • Mélanger des légumes à ses plats : Les légumes ont un index glycémique (IG, l’IG est la capacité qu’un aliment à de faire augmenter votre taux de sucre dans le sang) bas. Vous pouvez abaisser l’index glycémique d’un plat de pâtes ou de riz, en réduisant dans l’assiette la part du féculent et en la remplaçant par une quantité équivalente de légumes (ex : ½ courgettes et aubergines + ½ pâtes). De plus les légumes vous apporteront les réserves en vitamines et minéraux dont vous et votre bébé avez besoin. Enfin, faites tout de même attention aux légumes dont il ne faut pas abuser parce qu’ils sont riches en sucre : les betteraves rouges, les carottes, les aubergines et les potirons.
  • Précision sur l’utilisation de la cannelle : pour quelqu’un en bonne santé, la cannelle pourrait aider à contrôler la glycémie qui suit un repas riche en farineux. Cependant, lorsqu’il existe une résistance à l’insuline (femme enceinte) ou un DG, les études sont apparemment contradictoires : certaines trouvent que la cannelle est efficace, d’autres pas. Les doses utilisées dans les études vont de un à six grammes par jour (un gramme = une demi-cuillère à café), mélangés aux aliments, par exemple à un dessert. Même si les études se contredisent, la cannelle reste sans danger et son utilisation est assez simple, alors pourquoi ne pas l’utiliser pour agrémenter nos plats ! Une sauce tomate épicée à la cannelle est un délice par exemple, un brownie contenant de la cannelle est carrément délicieux et la tarte aux pommes-cannelle n’a plus besoin qu’on parle d’elle.
  • Avoir un complexe vitaminique qui contienne des éléments nutritionnels régulateurs de la glycémie tels que les vitamines du groupe B (surtout B6), du magnésium, du zinc, du chrome, et des acides gras polyinsaturés (omégas 3). En effet, un apport minéro-vitaminique donnerait une meilleure tolérance glycémique, la régulation de ce taux de sucre dans le sang étant plus optimale lorsque les réserves en vitamines et minéraux sont bien équilibrées.

Ce que je n’ai pas dit :

  • Ajouter du vinaigre ou du citron : Le vinaigre et le citron peuvent abaisser l’index glycémique d’un repas dans des proportions assez importantes (15 à 35 % en moyenne). Ils améliorent la sensibilité à l’insuline (ex : vinaigrettes avec vinaigre, citron sur le poisson et pdt…).
  • Manger les pommes de terre froides et cuites avec leur peau : L’index glycémique des pommes de terre est généralement élevé mais cuites à la vapeur avec la peau et consommées ensuite froides, cela s’améliorerait. En refroidissant, l’amidon des pommes de terre acquiert de la résistance, ce qui abaisserait l’IG de près de 30 %. Il paraitrait même que si vous mangez vos pommes de terre froides en salade avec du vinaigre, l’IG serait alors réduit de plus de 40 %.
  • Boire du thé vert : une étude menée sur des souris mentionne que les flavonoïdes du thé vert réduiraient le niveau du sucre sanguin après un repas contenant de l’amidon (féculents), à condition de prendre le thé pendant le repas, pas plus tard. Chez l’homme, les études utilisant le thé vert sont contradictoires. Certaines ont trouvé un bénéfice sur le sucre sanguin et la sensibilité à l’insuline, d’autres pas. Quoiqu’il en soit, une étude récente a conclu que le thé vert bu au cours d’un repas favorise la satiété plus que ne le fait l’eau.
  • Éviter le lait de vache : La particularité du lait de vache est que son IG est moyen (pas vraiment de problème) mais que la quantité d’insuline produite en réaction au sucre qui arrive dans le sang après ingestion de lait de vache (lactose) est très élevée. Normalement, l’IG d’un aliment et la quantité d’insuline produite en réaction sont équivalentes. Pour le lait de vache, ce ne serait pas le cas. Vous le savez maintenant, une surproduction d’insuline est gênante car, d’une part, cela fatigue le pancréas et on risquerait d’avoir une production d’insuline moindre avec le temps, et d’autre part, cela viendrait renforcer cette résistance à l’insuline des cellules déjà physiologiquement présente en cas de grossesse. Dans les 2 cas, cela rend le taux de sucre dans le sang anormalement plus élevé.
  • Les plantes qui aideraient à garder un taux de sucre dans le sang bas : Gymnéma Sylvestre, la coriandre, le murier, l’érable… ATTENTION : Je vous suggère de demander conseil à un herboriste ou à un phytothérapeute pour ce qui est de leurs propriétés, innocuité durant la grossesse et posologie recommandée.
  • La gemmothérapie : le complexe gemo-sucre semble assez efficace et doit se prendre matin et soir, 5 gouttes directement sous la langue ou diluées dans un verre d’eau. À nouveau, demander conseil à quelqu’un de compétant dans le domaine est toujours préférable que l’automédication.
  • Les huiles essentielles (HE) : le géranium a la capacité de réguler le taux de sucre dans le sang.

ATTENTION : Il est CERTAIN que l’utilisation des HE doit être très cadrée et prudente durant la grossesse et il existe une longue liste d’huiles interdites durant toute la grossesse et une autre durant le 1er trimestre. Celle de géranium est autorisée durant le 2eme et 3eme trimestre. La posologie serait de prendre 15ml (1 cuillère à soupe) d’une huile végétale (amande, avocat, olive, …) et d’y ajouter 5 gouttes d’huile essentielle de géranium et d’appliquer ce mélange sur les pieds le soir pendant 3 semaines. Lorsque le mélange est vide, faire une pause d’une semaine et puis reprise. Nathaly Villegas qui est aromathérapeute en parle dans la vidéo vers 16 minutes 30 ». Elle ajoute du ylang-ylang pour le second tour (qui elle a une odeur très agréable).

 

Que mettre sur les fesses de bébé?

Que mettre sur les fesses de bébé?

Voici le liniment oléo-calcaire, une alternative aux lingettes et autres produits chimiques pour prendre soin des fesses de vos bébés en douceur et en confiance. Cécile et Fanny, vous en parle dans cette petite interview et pour en savoir plus, n’hésitez pas a aller visiter leur site internet en cliquant ici ou leur page Facebook en cliquant ici. Vous pourrez suivre leurs conseils et astuces pour mamans averties!

Témoignage de Colline

Témoignage de Colline

Voici le témoignage de Colline après notre séance RENCONTRE. Pour Colline, ce fut le point de départ d’un processus de réflexion sur le sens qu’elle voulait mettre autour de cette grossesse. Merci Colline pour ce retour honnête et doux ♫

blossom350J’ai fait connaissance avec Stéphanie, d’éclore et moi, via une petite enquête destinée aux femmes enceintes qu’une amie m’avait transmise. Quelques questions qui m’ont permis d’entamer un processus de réflexion sur le sens que je voulais mettre autour de cette grossesse. Suite à ce petit questionnaire, Stéphanie m’a contacté personnellement pour me proposer une séance d’écoute et de partage via Skype. Étant enceinte de quelques mois ( 5 si mes souvenirs sont bons), j’ai tout de suite accepté car je n’avais pas encore eu l’occasion d’avoir un échange avec une sage femme. Après quelques tentatives pour trouver un moment qui nous convenait à toutes les deux, nous nous sommes donnés rendez vous pour une petite heure d’échange autour de ma grossesse mais surtout autour du projet d’accouchement et de l’accompagnement dont je pouvais/voulais bénéficier. Ce fut un échange vrai, sans tabou ni jugement. Stéphanie était entièrement à mon écoute tout en m’aiguillant et en me relançant sur les thèmes plus sensibles. Elle a pu déceler ce dont j’avais réellement besoin pour vivre au mieux la fin de ma grossesse et préparer mon accouchement. Elle m’a fait prendre conscience de l’importance d’avoir confiance en soi, d’être à son écoute et du changement que cela allait être de donner vie mais aussi de devenir maman.

En fin de séance, elle a pu résumer au plus juste l’état d’esprit dans lequel je me trouvais et m’a conseillée sur les étapes à mettre en place. Conseils que j’ai suivis et qui ont porté leurs fruits!

Je te remercie vivement pour cet échange si riche. On remarque tout de suite que tu le fais avec tout ton cœur, tout en restant professionnelle. Je souhaite à toutes les femmes enceintes de pouvoir rencontrer des personnes qui seront à leur écoute afin de les aider à créer leur projet, comme ce fut le cas pour moi avec Stéphanie. Bonne continuation!

Colline

voir-temoignages1

Témoignage de Jennifer

Témoignage de Jennifer

Voici le témoignage de Jennifer après notre séance RENCONTRE. Pour Jennifer ce fut deux prises de conscience: elle s’est rendue compte a quel point elle a pu (être) s’oublier dans cette aventure et elle a pu aussi réaliser que devenir mère, c’est un cheminement qui se fait bien avant la délivrance. Merci Jennifer pour cet retour authentique et si sincère ♥

jennifer« Bonjour, c’est au tour du numéro suivant ! » ou « Client suivant !» Combien de fois avez-vous déjà entendu cette phrase ? Que ce soit dans l’administration, dans certains commerces comme à la boucherie, et même dans le secteur de la santé (pharmacie, clinique…). Rien de choquant à cela me direz-vous. Une simple adaptation à la société d’aujourd’hui, aux rythmes effrénés de nos vies, aux besoins grandissant également.

Pourtant quand vous tombez enceinte, tout cela prend un autre sens.

Quelle joie de lancer un « projet bébé » et de voir se projet se concrétiser ! Oui mais voilà, pour ma part, l’ombre au tableau est arrivé bien vite.

Dès le 3e mois, des soucis de tension sont apparus. Un tremblement de terre dans ce qui devait être ma plus belle période de Femme. Immédiatement, j’ai reçu beaucoup (trop) d’informations relativement anxiogènes (on me parle de pré-éclampsie, de risques…). Comment arriver à penser si loin, je n’en suis qu’à mon 3e mois !! Je me laisse alors porter par la frénésie médicale, les examens, les analyses…et les recommandations diverses et variées.

Les désagréments de la grossesse que l’on doit essayer de concilier avec le travail. Être au top, partout tout le temps, non je n’y arrive pas mais je continue à m’imposer un rythme nécessaire au maintien social et professionnel. Du moins, je le crois nécessaire.

Au 6e mois, le fameux test d’HGPO vient porter le coup fatal. « Madame, on vous diagnostique une « diabète gestationnel » ». Et là de nouveau, en 20 min, je dois avaler une tonne d’informations… alors que mon esprit et encore occupé à se demander « Pourquoi ? Comment ? ». Jusque-làtout semblait pourtant impeccable de ce côté-là ! De nouveau ce tourbillon médical : rendez-vous supplémentaires chez la gynéco, rendez-vous hebdomadaire au service diabéto, conseils multiples, rendez-vous chez la diététicienne… et toujours ces fameux risques.

Alors comment être épanouie au milieu de tout ça ? Comment préparer et accueillir sereinement notre fils ? Tout simplement, je n’y arrivais pas. Je tombais de plus en plus dans une spirale négative, gardant la face devant la famille, les amis et les collègues. Oui, car s’il y a bien une chose que j’ai apprise, c’est qu’il est socialement incorrect d’aller mal en étant enceinte. D’ailleurs, qui autour de moi m’a réellement demandé avec intérêt comment j’allais depuis 7 mois ? (sans sous-entendre comment va le bébé j’entends bien). Ils ne sont pas nombreux.

Ce fut le point de départ de ma collaboration avec Stéphanie et Éclore et moi. J’ai contacté Stéphanie, comme un appel S.O.S., au moment où cela n’allait pas. Elle a su prendre le temps de m’écouter, de me comprendre via messages et le plus important : de m’apaiser. Tout naturellement, nous en sommes venus à nous rencontrer via Skype. Et là, j’ai pu me rendre compte à quel point je m’étais oubliée dans tout ça. Quel serait mon accouchement idéal ? Gros blanc, je n’y ai pas pensé. Quelle serait ma préparation prénatale rêvait ? Gros blanc, pas eu le temps de me poser.

Ce premier rendez-vous m’a bousculé, interrogé, des larmes ont coulé. Depuis très longtemps, j’ai fait quelque chose que je n’avais plus fait : me connecter à mon moi, mes désirs et surtout mes émotions. Et j’ai trouvé chez Stéphanie ce dont j’avais finalement le plus besoin : une écoute amicale, sincère et une personne (professionnelle) prête à m’aider, moi.

Dès le soir même, j’étais comme boostée d’une nouvelle énergie positive et le lendemain cela s’est vérifié avec une tension normalisée (alors qu’elle était relativement basse ces derniers temps).

J’ai pu aussi réaliser que devenir mère, c’est un cheminement qui se fait bien avant la délivrance. Une préparation à la fois physique et mentale ; en plus de l’accompagnement médical. Il me fallait donc mettre en place quelque chose pour corriger cela et Éclore et moi s’est alors imposé comme une évidence. Hâte de voir la suite…

voir-temoignages1
C’est quoi ton essentiel de future maman ?

C’est quoi ton essentiel de future maman ?

Diamond Head – Hawaï – 5 juillet 2015

« Je marche derrière mon mari qui porte notre fils, je sens mon cœur qui bat plus vite, mon souffle qui est plus court. Il fait 40° ici! On ne peut pas respirer! Je ne vais pas y arriver! J’ai au moins 10 personnes derrière moi prêtes à me dépasser… le chemin est trop étroit et je ne peux ni m’arrêter ni accélérer… Je fais quoi ? »

Il y a une semaine de ça, nous étions à Hawaï pour fêter notre anniversaire de mariage <3 c’était magnifique, on s’en doute! 😉 Un jour, mon mari me propose d’aller admirer la vue du sommet du cratère « Diamond head ». En montant le sentier et les escaliers étroits qui mènent tout en haut, j’ai eu une pensée. Je voudrais vous la partager.

Je voyais tous ces gens fatigués, parfois morts de chaud, tous transpirants et entassés les uns sur les autres au sommet de ce cratère pour vite vite prendre quelques photos. Je me voyais moi, avec une condition physique dans les chaussettes, toute aussi transpirante, ayant du mal à suivre le rythme imposé par la foule. Je me suis arrêtée. Mon mari a continué son chemin et je me suis simplement assise là. J’ai pris le temps de reprendre mon souffle. C’était si bon, ce vent sur mes joues, un délice. Cette pause était salvatrice.

Puis, j’ai aperçu un autre petit sentier

Je me suis aventurée, pas à pas, et je me suis rendue compte qu’il contournait cette petite montage pour arriver juste en contrebas du point culminant où le monde s’accumulait. Je me suis retrouvée là, complètement seule, alors qu’à à peine 50 mètres de moi ils étaient des dizaines. Pourtant, nous contemplions bien cette même vue imprenable. J’ai alors savouré le plaisir de l’instant présent.

Mon mari est redescendu et nous avons pris le chemin du retour. Je lui ai alors partagé les réflexions qui me venaient et les parallèles que je voyais entre ce que je venais de vivre et une femme qui devient mère. Il y a quelques temps, je me serais sans doute forcée de continuer l’ascension: pour aller au sommet, pour pouvoir dire que je l’ai fait, moi aussi! Parce que tout le monde monte !?

C’était difficile de marcher à un rythme imposé par le mouvement de foule dans un tunnel étroit. De nature assez angoissée, je me sentais prise au piège, je n’avais pas de plaisir à marcher dans ces hauteurs. Je me suis malheureusement souvent perdue à monter ainsi, monter et encore monter. Mais pourquoi finalement ? Et si cette fois-ci je ne le faisais pas… et si là je m’arrêtais. J’ai peut-être trop souvent oublié ces évidences…

Pour moi, l’essentiel était la vue, pas la montée

Pour moi, l’essentiel était de vivre un chouette moment en contemplant un paysage que je ne reverrai sans doute pas de si tôt. Le fait de m’arrêter, de prendre le temps de m’écouter m’a permis de découvrir un autre sentier qui correspondait davantage à mon besoin et j’ai pu vivre ce qui m’importait en fin de compte: pleinement admirer cette vue!

Lorsque l’on est enceinte ou en train d’accoucher, c’est tout pareil ! Parfois c’est vraiment dur, parfois c’est fatiguant, parfois ça fait si peur ou si mal, parfois c’est trop d’inconnu… Parfois on fait comme tout le monde mais on ne sait pas bien pourquoi.

On grimpe là où la foule va ! Paraitre heureuse alors que dans le fond on a peur ou on doute, prendre la péridurale alors qu’on voulait faire du tout nature (ou l’inverse, du tout nature alors qu’on est dans la souffrance), travailler jusqu’au bout alors que tout notre corps nous crie d’arrêter, prendre ce/cette gynécologue ou sage-femme parce que tout le monde dit qu’il/elle est bien alors qu’on ne sent pas d’échos dans la relation, … des exemples, il y en a surement des tas ! Des analogies aussi.

Analogie avec l’accouchement

La meilleure analogie a faire serait celle relative aux règles imposées, aux voix toutes tracées qui nous uniformisent et qui ne conviennent vraiment qu’à bien peu d’entre-nous. On pourrait parler de scolarité, de religion, de politique ou d’éducation mais si l’on se concentre sur la grossesse et l’accouchement bien des cas (de mon vécu aussi) illustrent ce que je veux partager ici. Voici un dernier exemple tiré de ma pratique: une femme à dilatation complète… la poussée est imminente… mais elle est naturelle, c’est un réflexe qu’il est inutile de vouloir commander… lorsque la tête du bébé arrive sur le périnée, c’est tout le corps qui se met a pousser le bébé vers l’extérieur… pourtant le personnel médical en charge veut, impose à la maman de pousser… elle ne le sent pas, elle est mal, perdue, apeurée, cherche son mari des yeux, le moment lui échappe !

Le bébé nait, il est en bonne santé. Tout le monde est content… la mère a ce gout amer au fond d’elle même qu’elle s’efforce d’ignorer car tout est optimal, la vue est imprenable! Moi, j’ai la conviction que l’optimal n’y est pas… j’aspire à bien plus, bien mieux… je veux de la douceur, de la physiologie, du focus sur ce qui se passe dans la pénombre de cette salle de naissance… laissons l’instinct prendre les commandes quand rien ne nécessite l’intervention… cessons de nous entasser dans des voix, des fonctionnement tout-faits, surfaits, qui ne conviennent qu’à une minorité de cas. Maman ne veut pas les étriers, elle se sent mieux à quatre-pattes ou sur le coté, pourquoi l’y obliger. Laissons la chercher sa position, son chemin… aidons la dans cette quête, aidons la à suivre ses instincts, à en avoir confiance. Accompagnons la sur ce chemin, son chemin, petit sentier dérobé aux yeux de tous et dont elle seule trouvera l’entrée.

Je suis persuadée qu’il existe toujours un autre chemin

Et il nous permet aussi d’aller admirer la vue, tout en restant dans la sécurité, et de vivre son essentiel ! Il faut « juste » prendre un temps (il peut être très court ou assez long) pour savoir quel est cet essentiel et définir le chemin que l’on souhaite emprunter. Et je me demande si je m’adresse plus à vous qu’à moi-même 😉 C’est important de s’offrir une pause pour poser les choses, définir son idéal, formuler les étapes et repérer les blocages éventuels. « Éclore et moi », c’est un accompagnement pensé pour les femmes enceintes qui veulent CHEMINER vers une naissance qui LEUR RESSEMBLE. Si vous souhaitez prendre le temps de découvrir VOTRE sentier dans la montagne, n’hésitez pas à prendre rdv pour une séance Rencontre gratuite de 30 minutes. Ensemble, nous prendrons ce temps et nous ferons un premier pas.

Page 20 sur 21« Première page101718192021

Pin It on Pinterest

Share This
Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.